skip to Main Content

Aix Industrielle

Je suis allée aujourd’hui dans la ville d’Aix en Provence. Non pas pour flâner le long des rues … Quoique. Nous la connaissons, vous la connaissez cette fabuleuse « Copenhague du Midi » (Dixit Marcel Pagnol). Elle est belle, elle est dotée d’une richesse naturelle, culturelle, historique, architecturale mais pas que …
Rattachée au peintre Cézanne je préfère tout de même remettre les choses dans leur contexte car sans la création d’industries dans la ville d’Aix-en-Provence, la famille Cézanne n’aurait surement pas mis pied à terre.
3,2,1 Aix Industrielle démarre.

Un guide conférencier de qualité

Aujourd’hui c’est grâce à l’intervention du guide-conférencier Frédéric Paul (fondateur du Visible est Invisible) que j’ai pu rester bouche bée devant ces rues, ces places, ces bâtiments qui aujourd’hui semblent avoir effacé les traces d’un passé fortement industriel.

Que le voyage commence et surtout suivez le guide !

Si j’évoque la place des Cardeurs, des Tanneurs, des Chapeliers …. Et à cela j’ajoute le nom de certaines rues qui ont été des lieux incontournables au début du siècle : rue de la Molle, rue des Allumettes, Aristide Briand, André Ampère, Victor Coq … Cela vous dit quelque chose ?

Aix Industrielle ne cesse de regorger de mystères et de beautés à la fois.

Saviez-vous qu’il existait une casserie d’amandes ?.. « Non n’essayer pas de chercher ce mot dans le dictionnaire » renchérit Frédéric devant nos yeux éberlués, « ce terme est typiquement aixois ». Dans cette usine aixoise, les femmes passaient la journée avec un marteau en métal et finissaient par blanchir les amandes au souffre …

A chaque pas parcouru le groupe et moi-même levons les yeux au ciel, parcourons les ruelles, les voûtes, les murs et bâtiments à la recherche du moindre indice du passé industriel aixois.

En longeant les Allées Provençales nous ne cessons d’écouter religieusement les commentaires et anecdotes de notre guide.

Les grands quartiers, les avenues et les boulevards du Nord de la ville, tout y passe.

Nous essayons d’associer à cela des usines en imaginant les éventuelles industries qui auraient pu constituer le paysage économique et industriel du centre ville du début de siècle. Puis, contre toute attente, nous apprenons que des abattoirs se trouvaient en plein cœur de notre Aix Industrielle.

Je ne les ai pas connus et rassurez-vous, vous non plus puisque cela date du milieu du XIXème. C’est seulement en 1930 que l’on délocalise ces abattoirs se trouvant trop proche d’une charmante Bastide mitoyenne à l’actuel Parc Jourdan. L’odeur empestait tellement qu’il fallut installer les abattoirs presque à l’extérieur de la ville et pas qu’une fois !

Notre guide nous tient en haleine et nous aimons ça !

Arrêt au Grand Théâtre de Provence … Des détails que seul notre guide connait sont évoqués. (Non je ne vous mets pas l’eau à la bouche mais un peu tout de même)
L’eau arrive dans la ville, la Rotonde est construite et le train fait son entrée en gare … Il s’arrête en bordure de Rotonde. Pour célébrer sa venue, les aixois font la fête : danses et banderoles sont de sortie. Un poète de l’époque contera ce grand moment : « Voyez à l’horizon ce nuage mouvant qui s’avance vers nous […] Ce point vertigineux, c’est la locomotive » . Frédéric Paul nous annonce que cette fameuse vitesse vertigineuse est de 20 km/h. (rires).
Nous passons de 30 000 habitants en 1920 à 125 000 en 1980 le train et les industries n’ont cessé de faire grandir la population aixoise.

Le saviez-vous ?

L’une des première usine est celle à Gaz, et c’est en utilisant le noyaux d’un fruit que nous l’obtenons. Non je ne vous révélerai rien de plus !
Cette usine est la première qui ouvre la voie pour que d’autres s’implantent à Aix-en-Provence .. et cela fonctionne !
Si je vous parle d’une usine des Allumettes ou encore celle de lampes Françaises crée en 1917 pour une raison bien particulière.
Jusque dans les années 80 Aix-En-Provence ne cessera d’accueillir de grosses entreprises.

Je compte encore quatre arrêts riches d’anecdotes et d’histoires folles avant de revenir sur nos pas.


Nous passons le Pavillon Noir et le Conservatoire pour nous retrouver devant la Méjanes ; lieu incontournable de la ville. C’est le Marquis de Méjanes qui offre à la ville d’Aix-en-Provence sa collection de livres installée à l’endroit où nous la connaissons.
Saviez-vous qu’originairement ce bâtiment n’était pas une bibliothèque ?
La bibliothèque s’y installera seulement en 1989. De quoi éveiller notre curiosité une fois de plus pour cette visite Aix Industrielle.

« Les détails sont importants » dit Fréderic Paul qui aime rendre visible l’invisible de notre passé et de notre Histoire.

Cette visite fut une visite inédite lors des Indus’3Days #7.


Retrouvez l’ensemble des visites proposées par Frédéric Paul sur le site de l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top