skip to Main Content

La pétanque vue par Fanny

Parlons pétanque…Tu tires ou tu pointes?

Quand vous voyagez chez nous, il est un incontournable « incontournable » ! La pétanque ou si vous préférez les boules (avec l’accent s’il vous plait). Le fameux « tu tires ou tu pointes? » En Pays d’Aix, il n’y a pas un village qui n’ait un terrain à vous proposer pour jouer en famille ou avec les amis. Mais gare, assurez vous qu’une partie endiablée n’est pas déjà prévue par les locaux, vous risqueriez quelques rouscailles… Pas de panique ! La seule chose importante et indispensable pour jouer c’est un terrain plat (d’autres vous dirait le pastis ou le rosé, mais je n’ai pas le droit de le dire alors je ne le dis pas).

La pétanque, un sport national!

Pour ma part je suis plutôt rugby mais j’avais envie de comprendre pourquoi la pétanque était si importante chez nous, car ne vous y méprenez pas c’est une affaire très sérieuse ! Elle fait partie du quotidien des provençaux et demeure un plaisir estival pour beaucoup de nos voyageurs venus goûter l’ambiance du sud. Et si l’on s’imagine que nos joueurs sont souvent « empégués » (le pastis vous vous rappelez ?), c’est ARCHI FAUX ! La pétanque est plus qu’un simple passetemps, plus qu’un simple jeu, c’est un véritable sport qui comme tous les autres jeux exige de la rigueur, un mental d’acier et une hygiène de vie irréprochable.

Saviez-vous que la pétanque est classée 11ème sport en France pour son nombre de licenciés et qu’elle séduit même en dehors de nos frontières puisqu’il existe une fédération internationale de pétanque qui réunit une centaine de pays dans le monde (Vietnam ou encore l’Egypte !)

Les bons mots pour jouer!

Voici votre petite check list pour jouer aux boules…Allez Marius tu tires ou tu pointes !

  • Abandonner la mène : Ce n’est pas arrêter la partie mais c’est ne plus chercher à reprendre le point et se placer stratégiquement pour bloquer l’entrée des boules adverses près du but.
  • Arroser : Réussir tous ses tirs d’affilée.
  • Plomber : Envoyer une boule vers le haut afin qu’elle retombe net, non pas sur la tête de l’adversaire mais sur le sol et sans rouler.
  • Un biberon/faire une bibe : Quand une boule vient embrasser le bouchon.
  • Une bouche : On dit d’un joueur qui parle plus qu’il ne gagne qu’il est une bouche…
  • Le cabanon : Désigne les parties jouées en famille le dimanche. On surnomme les participants des joueurs de cabanon lorsqu’ils s’inscrivent à un concours.
  • Casser le bras : Il s’agit juste de déconcentrer un tireur quand il exécute son geste (Faut pas lui casser le bras hein)
  • Un carreau : C’est THE tir parfait ! Sa boule prend la place de celle qu’elle vient de frapper.
  • Une casquette : C’est l’inverse du carreau. La boule frôle le dessus de la boule visée mais ne la fait pas ou peu bouger.

Encore?

  • Défendre le point : Avoir une boule bien placée et tirer sur une boule adverse qui a fait mieux pour que la nôtre soit en pole position.
  • Une doublette : Equipe formée de deux joueurs avec trois boules chacun.
  • Envoyer la came : On attend de vous votre meilleur jeu !
  • La mêlée : On n’est pas au rugby hein ! Il s’agit simplement de constituer les équipes au hasard.
  • Faire un palouf : On fait un palouf si notre boule est beaucoup trop courte.
  • Pointer : Lancer sa boule en essayant de s’approcher du cochonnet.
  • Tirer : Jeter sa boule pour frapper une boule de l’équipe adverse dans le but de la retirer du jeu, l’éloigner ou prendre sa place. On dit taper la boule.
  • Une triplette : Equipe formée de 3 joueurs avec 2 boules chacun.

« Faire Fanny » ça mérite des explications!

Et enfin,

  • Fanny (C’est moi !) : Selon la tradition, les joueurs ayant perdu 13 à 0 doivent embrasser les fesses de la Fanny (je suis polie, on est d’accord hein ?) en guise d’ultime humiliation, on dit « faire Fanny ».

Une petite explication tout de même sur ce dernier point !! C’est vrai quoi ! En tant que Fanny j’ai droit à des réponses !!

Vous vous demandez, comme moi, pourquoi en dehors de cette expression-là, le prénom Fanny ne se retrouve dans aucun autre proverbe provençal ni même dans le lexique du jeu ? Il paraitrait qu’à la fin du XIXe siècle, à Lyon, une jeune Fanny de 20 ans un peu simplette qui dormait souvent dans la rue, montrait ses fesses aux perdants en échange d’une petite pièce…Je vous invite à aller regarder la photo très connue de 1896 ! Entre lot de consolation et double peine, il n’y a qu’un pas ! Qu’on se rassure, si vous perdez, on ne vous demandera d’embrasser qu’une représentation. Ouf c’est déjà ça de gagner !

Sur cette « légende » amusante et qui contribue malgré tout à la richesse de nos traditions, je vous laisse aller jouer !

Bonne pétanque et bon dimanche !

Sources *le Mensuel #jesorsdechezmoi n°146 Eté 2020

on n’est pas bien là!

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top