skip to Main Content

Meyrargues, « pais merveilleux »

Souvent, lorsque l’on souhaite faire des découvertes, le premier réflexe est de regarder vers l’horizon, vers l’inconnu, vers l’inexploré. Mais on oublie trop souvent que certaines merveilles se cachent juste sous nos yeux, là, attendant d’être révélées juste à côté de nous. Aujourd’hui, je vous propose de laisser les a priori de côté et de partir à la découverte de Meyrargues.

Un chemin de traverse aux milles couleurs

Ma première vraie rencontre avec Meyrargues remonte à mon adolescence. A l’époque, je rêvais d’histoire et d’archéologie. J’avais déjà maintes fois vu le château de loin, et sans nul doute nous sommes nombreux à le voir ainsi. Je m’imaginais des histoires dignes des contes de fées. Sa pierre dorée couronne avec harmonie le blanc du piton rocheux sur lequel il repose. Des collines verdoyantes l’entourent. Le spectacle est saisissant et on a ce sentiment qu’il est inaccessible. Encore aujourd’hui, je ressens cette sensation de magie.

Depuis, j’y suis allée, et j’ai même la chance d’en raconter son histoire.

En s’approchant, Meyrargues se dévoile

On est happé par le château mystérieux. On se dit « un jour j’irai », mais souvent on ne prend pas le temps de s’arrêter, de profiter des merveilles que l’on a sous les yeux, à deux pas de chez soi.

Approchant de Meyrargues, ce village qui lors de ma première venue il y a presque deux décennies déjà, m’avait interpellé. On gare la voiture non loin de la Mairie, sur la Place des Anciens Combattants.

Et nous voilà partis. Vous nous suivez ?

Une plaque nous rappelle que l’ancienne RN96 passait au centre du village. On s’imagine l’effervescence de la circulation, des boutiques… d’ailleurs en regardant en l’air, on remarque le coupement des maisons au niveau de la toiture, rive ouest. La rue était tellement étroite et la circulation si dense qu’il fut décidé de couper les maisons et reconstruire les façades en retrait.

Avec toujours le château en vue, on décide de s’aventurer dans les petites ruelles secrètes de Meyrargues, on passe devant l’église Saint André et on se remémore notre rencontre avec M.Brun, la mémoire du village. Saviez-vous qu’à une époque, on appelait les Meyrarguais, les « pétouziers » ?

Anecdote du temps jadis

Je vous entends de loin me dire, mais qu’es aco, la pétouze ?

C’est un petit oiseau discret qui niche dans les trous des murs et des arbres, son chant est aussi délicat que le chant du moineau. A Meyrargues, ce petit « troglodyte » faisait l’objet d’une drôle de coutume. Le 26 décembre de chaque année, une pétouze était lâchée dans l’église devant de jeunes garçons galvanisés par l’adrénaline. Il s’agissait alors de l’attraper, sans lui faire mal, et de la porter jusqu’au château pour l’offrir vivante à la dame du seigneur. Celui qui réussissait était proclamé sur le champ par la foule le « Roi de la Pétouze ». Ce titre lui conférait d’office la présidence des fêtes et des réjouissances pour toute l’année. La pétouze, elle, était ensuite relâchée par la dame.

Ces petites histoires d’antan, que l’on ne lit pas sur les murs, qui ne sont pas inscrites dans la pierre, nous ravissent à chaque fois. Elles donnent ce supplément d’âme qui fait qu’une visite guidée devient un moment de vie partagé ensemble.

On ressort tout sourire et la balade continue.

Dans les rues de Meyrargues

Les petites maisons accolées les unes aux autres sont réhaussées par des arcs-en-ciel de pots, de fleurs, de petites décorations, d’une multitude de petits détails qui fait que cette ancienne artère centrale du village est toute pleine de charme. Puis, nous tombons nez à nez avec une belle et jolie façade d’un bleu pastel, dont les ouvertures entourées d’une bande blanche sont cernées d’un trait rouge vif. Besoin d’un cordonnier ? d’un taxi ? Ou pourquoi pas les deux ? Il fut un temps, à Meyrargues, où en contactant le 69 on pouvait avoir accès à ces deux services dans la même boutique !

meyrargues

L’aventure se poursuit vers les hauteurs

Les rues montent, on emprunte alors un sentier d’un autre temps. Celui qui reliait jadis le village et le château. Les vieilles pierres du chemin serpentent dans le maquis et les plantes vivaces du parc du château. On est à flanc de colline, et au-dessus, là, l’immense façade dorée file vers les cieux. Ne levez pas trop la tête, c’est le torticolis assuré ! On gravit les marches de pierres comme l’ont fait avant nous une multitude d’êtres vivants. L’usure est d’ailleurs bien visible.

Récompense visuelle

On arrive enfin vers cet objet de curiosité, il se dresse là fièrement devant nous. Il est encore plus beau que ce qu’on imaginait. On voit enfin l’envers du décor, les tours médiévales cachées à l’arrière, les murs massifs, les multiples fenêtres, un magnifique escalier menant à l’entrée de ce lieu tout singulier. Les marches sont plus grandes, la pierre ocre y est reine. On se prend alors à monter les marches, une à une avec une aisance s’appuyant sur la délicate balustrade servant de rampe. Le château est une propriété privée et n’est accessible que lors de visites guidées.

Arrivés en haut, le panorama est à couper le souffle. On pose alors nos yeux sur les toitures couleurs ambre et mandarine. On respire un bon coup. Puis, on goûte le vent fouetté de thyms frais. On se transforme en oiseau sans se risquer à voler. Enfin, on en prend plein les yeux sans bouger. Juste en faisant papillonner son regard. On se prend à s’imaginer spectateur d’un endroit qui n’est là rien que pour nous, fait pour nous, le temps d’un moment rien qu’à soi. Car le château semble nous appartenir l’espace d’un instant. Sentir le petit souffle brut de l’aventure, à quelques pas de chez soi.

Meyrargues regorge de petites merveilles,

et ce que l’on vous partage ici, n’est qu’une petite partie de ses secrets. Meyrargues se dévoile, au détour de son vallon, à celles et ceux qui savent apprivoiser les chemins de traverse, et qui aiment être éblouis par des petites merveilles de ci de là.

Visiter les loges secrètes de Meyrargues avec Mylène, guide-conférencière de Secrets d’ici, est à remplir dans tous vos carnets.


Cet article a été écrit par : Mylène, guide-conférencière de Secrets d’ici
Crédits photos : Secrets d’ici

À bientôt pour un prochain article de la Team Pays d’Aix. Et n’hésite pas à laisser un petit commentaire dans la boîte juste en bas. Sans oublier que tu peux dès à présent t’abonner pour recevoir une newsletter hebdomadaire.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top