skip to Main Content

Road trip en Sainte-Victoire, suite du voyage

Notre road-trip en Sainte-Victoire se poursuit, direction Jouques

Nous reprenons notre road trip direction Jouques en empruntant un sentier traversant rattrapant ensuite la route Rians. Nous passons de la garrigue aux chênes verts. Changement de décors, changement d’ambiance. Saviez-vous que sur les 2000 espèces d’abeilles qui vivent dans le monde, 900 vivent en Provence ! Nous avançons doucement car le chemin est assez étroit. Magnifique vue panoramique (ouiiii je vous l’ai filmé). Avant de remonter en voiture, j’écrase une brindille de thym entre mes doigts. Une merveilleuse senteur de sablés tout chaud…peut-être que j’ai faim !

De l’expression « ça vaut le détour »! le road trip version waouh!

Nous passons devant la vieille ferme en ruine de la Pallière. Je suis déjà comblée par tout ce que j’ai vu. Avec Olivia, nos regards partagent le même sentiment. Quiétude et bonheur. C’est beau chez nous !

Christiane, tu me parles des « 4 saisons d’Espigoules », je ne l’ai pas vu mais ça a l’air déjanté. Promis avant la fin de cet article, j’irai jeter un œil. Avant d’arriver au restaurant, nous poursuivons aussi nos échanges sur la pie-grièche écorcheur et l’aristoloche rotunda (hé oui maintenant je deviens calée 😉) mais aussi l’importance des petits cabanons dans les vignes et des vieilles futaies, véritable écosystème ou fourmillent insectes et chauve-souris.

Epicuriens ou épicurieux?

Il ne doit pas être loin de 13h… Après avoir passé devant la Chapelle St Bacchi et longé la source de Traconade, nous arrivons à Jouques direction Les Cent Canailles ! J’ai une faim gargantuesque !! Un bon vin, des produits locaux, un petit temps avec le chef…et des histoires folles de viticulteurs qui laissent allumer des postes radios dans leurs vignes pour éloigner sangliers et oiseaux (Il parait qu’il met France Culture parce que ces animaux n’aiment les discours). Un vrai moment d’épicurien 😊

Un petit dessert (oui quand même !) et nous voilà reparties pour le centre du village de Jouques. Ici tout est « eau ». Tout est beau. La encore, je garde un peu de mystère sur cet incroyable village qui fera l’objet d’un nouvel article sous peu. Je peux néanmoins d’ores et déjà vous dire : il est absolument magique de se perdre dans les ruelles du vieux village. J’ai été charmée par les portes, les couleurs, les cache-cache avec le soleil, les petites fleurs sur les balcons ;

Se raconter et transmettre

Petits détours au musée rural et d’histoire local de Jouques où nous sommes si bien accueillis. Des objets anciens du quotidien, des outils agricoles ou relatif aux métiers de la soie, du bois, du cuir, du vin, apiculteurs et à l’étage de magnifiques ex-voto. Ici, tout est paisible, tout est calme et pourtant avec un peu d’imagination, il n’est pas difficile d’entendre ce quotidien d’autrefois. Ce qui nous a beaucoup touché également et qui mérite de retenir votre attention lors votre passage à Jouques, c’est le travail de ces bénévoles hommes et femmes, qui collectent tous ces objets pour nous raconter de belles histoires, pour se « souvenir » et pour « transmettre ».

Au cœur des vignes

Le soleil commence a baissé mais notre road trip n’est pas encore fini. Nous reprenons la voiture et partons au Château Revelette (chateaurevelette@orange.fr). Le site se trouve sur la face nord de la Sainte-Victoire à 400 mètres d’altitude. Nous plongeons dans une forêt de 60 hectares dont 24 hectares sont consacrés à la vigne. Finir cette journée en voyant le soleil posé doucement ses pieds ( 😉) sur la vigne, c’est comment vous dire…magique ! La particularité de ce domaine et donc de ses vins, une température normale l’après-midi mais des nuits qui peuvent aller jusqu’à -15 degrés en hiver (oui je sais ça pique !). Ici, 11 cépages sont travaillés et l’ensemble en bio et biodynamie depuis 10 ans.

Avec Olivia et Christiane, nous avons eu une double chance : goûter ce vin fabuleux et rencontrer Monsieur Peter Fisher, le propriétaire du domaine ! Et pour ceux qui aiment le sucré 😉, je ne peux que vous recommander la série Revelette, moût de raisin partiellement fermenté, un dé-li-ce !!

Un voyage inattendu…

Et voilà la journée s’achève par le Sambuc. Demain, nous repartirons visiter la ferme des sangliers de Provence. En attendant, Christiane, nous te sommes tellement reconnaissantes. Tu nous a fais partager une première journée fantastique, pleine de partages, d’émotions, de rires, de calme aussi. De ces moments où l’on regarde l’horizon et où tout est dit. Aujourd’hui en tout cas, nous sommes assez fières de pouvoir dire que nous connaissons Madame Victoire, autrement.

Pour la dédicace, « On n’est pas bien là de bonn’heure, y’a dégain, pas un casse couille » Les 4 saisons de l’Espigoules.

Pour beaucoup, beaucoup plus d’infos: www.grandsitesaintevictoire.com

Un goût de voyage

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top