skip to Main Content

Vin chaud, une recette traditionnelle fait maison

Le vin chaud !! ça y est, c’est la saison. Le temps est maussade, il fait froid, les fêtes de fin d’année sont là… Le combo parfait, pour pouvoir réaliser cette boisson.

Mais, avant de te parler de ma recette, je vais d’abord évoquer son histoire.

Le Vin chaud, entre histoire et tradition

J’avoue, je me suis posé la question, mais pourquoi consommons-nous du vin chaud en fin d’année ? D’où vient-il ? Pourquoi il y a t’il autant de variantes dans sa réalisation ?

Les origines

Le vin chaud est en fait, un vin épicé. Il fit sa première apparition à l’époque de l’Empire Romain, sous le nom Conditum Paradoxum. Il était composé de vin, de miel, poivre, mastic, nard, laurier, safran et des dattes.
Là oui, tu peux le dire, il était vraiment épicé celui-là !

Ils sont fou ces romains, ils sont fous !

Mais, pas si fous que ça, car c’est grâce à toutes ces épices que le vin épicé se conservait plus facilement. Mais que s’est-il passé ensuite ?

  • Au 12ème siècle, le vin épicé était appelé pimen/piment (cité par Chrétien de Troyes) ou Ipocras/Yprocras (en hommage à Hippocrate).
  • C’était au 13ème siècle, que Montpellier (la ville), fut réputée pour son commerce de vin épicé, le Garhiofilatum (vin blanc composé de plus d’une dizaines d’épices et de plantes).
  • L’an 1420, la tradition du vin chaud s’installa en Suède grâce au roi Gustave 1er.
  • Dès l’année 1600, le vin épicé devint populaire (fin de la période aristocratique pour cette boisson), qui sera par la suite appelé Glögg (vin chauffé)
  • 1766, le roi Adolphe-Frédéric autorisa les foyers à produire cette boisson
  • Année 1890, c’est à cette époque, que la véritable tradition du vin chaud s’installa pendant la période de Noël. De ce fait, les marchands proposaient chacun leur version.

Ce qui peut expliquer, aujourd’hui, le nombre de variantes dans les recettes de vin chaud que l’ont peut trouver, dans chaque région ou pays.

La recette

Pour les ingrédients « traditionnels », il te faudra :

  • 1 l de vin rouge 
  • 1 à 2 oranges tranchées 
  • Un citron tranché
  • 100 g de sucre en poudre (réduire ou augmenter selon les goûts de chacun)
  • 1 bâton de cannelle 
  • Une étoile de badiane 
  • 2 clous de girofle 
  • Une pincée de noix de muscade râpée

Dans une casserole, je mets le vin et j’y ajoute tous mes ingrédients dans l’ordre indiqué. Je fais frémir le vin, attention sans le faire bouillir, pendant 5-10 min.
Je baisse ensuite le feu et je poursuis la cuisson quelques minutes supplémentaires (30 à 45 minutes pour ma part) pour permettre aux épices de bien infuser.

Certaines personnes aiment bien filtrer le vin. Personnellement, j’aime bien avoir dans mon verre les toutes les épices.

À bientôt pour un prochain article, et n’hésite pas à laisser un petit commentaire dans la boîte juste en bas. (Pssst… faut partager aussi !) Sans oublier que tu peux dès à présent t’abonner pour recevoir une newsletter hebdomadaire.

Sheera. 😉

Un petit vin chaud, Mr Dusse ?

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Cela sent bon le vin chaud dans les rues ! Meme si le temps a du mal a se rafraichir, les marches de Noel ont pris leurs quartiers depuis quelques semaines. C’est donc difficile de resister aux effluves et a la chaleur de ce breuvage appele aussi « Gluhwein » en Allemagne (ou on le sert dans une tasse) ou encore « Glogg » en Suede. Tres repandu dans le nord et l’est de l’Europe, on le deguste aussi chez nous et meme dans certains pays du sud, ou encore au nord de l’Italie, au Bresil ou a Shanghai dans les quartiers au passe colonial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top